L’ombre du 8 décembre – Christophe Cornillon

9 mai, 2012

Une belle critique sur le site « Les agents littéraires »

Classé sous Non classé — cornillonchristophe @ 11:18

Bonjour à tous,

Voici un lien qui vous mènera directement sur une très belle critique de mon dernier roman Quai des moribonds parue sur le site « Les agents littéraires » et qui m’a été transmis par mon éditeur. Merci à l’auteur de ce beau commentaire qui me donne envie de continuer à écrire mon prochain roman et, je l’espère, vous donnera envie de lire mes ouvrages !

Alors, pour découvrir cette critique et en savoir plus sur ce site de critiques littéraires, cliquez ici : http://www.les-agents-litteraires.fr/quai-des-moribonds-de-christophe-cornillon

Et pour ceux qui n’arrivent pas à ouvrir ce lien, voici le texte en question :

Quai des moribonds

 

[Cette critique a été rédigée par Taylor, auteur du blog Totalybrune que nous vous invitons à découvrir.]

 

« > Je ne connaissais pas l’œuvre de Christophe Cornillon. C’est donc avec plaisir que j’ai ouvert ce livre, friande de nouveauté. Des prostituées ont été retrouvées mortes sur les quais de Lyon, laissant la police dans un abîme de perplexité et les hautes instances de la  ville totalement démunies.

 

C’est pourquoi l’inspecteur en charge de l’enquête court s’enquérir de l’aide du Professeur Lazard et de son assistant, Léonard Brisemert. Le professeur est un spécialiste de l’étude du sang, c’est donc la personne idéale pour cette enquête car les corps sont retrouvés totalement exsangues. Aidé de son fidèle assistant, il va mener l’enquête et découvrir que d’autres femmes sont mortes aux quatre coins du pays voire même à l’étranger. Il se pourrait même que l’assassin soit un vampire ou un fan de Dracula, publié en Angleterre à l’époque.

 

En fait, c’est plutôt Léonard qui fait tout le boulot. Pas facile d’être l’assistant d’un grand maître qui pense beaucoup, il faut bien l’avouer, mais qui agit peu. C’est Léonard qui galope vers les divers endroits où les crimes ont été perpétrés. Lors de ses pérégrinations, il trouvera plus de questions que de réponses et surtout il va se démener pour essayer de sauver la dernière victime.

 

J’avoue que suivre Léonard dans ses allées et venues m’a rendu le dénouement hallucinant. Je n’ai rien vu venir. O surprise ! Je me suis faite totalement balader, et, franchement j’aime qu’un roman me surprenne.

 

L’auteur nous fait découvrir le Lyon du XIXe siècle et tous les amoureux de cette ville seront conquis ainsi que les amateurs de découvertes scientifiques. Toutes les recherches dont il est question dans le roman sont authentiques et j’aime beaucoup le travail de l’auteur qui a su mêler fiction et réalité à juste dose.

 

Allez vous balader sur les Quais de Saône à Lyon peut être y croiserez vous Vlad l’empaleur……. »

 

 

Des critiques comme celle-là, j’en voudrais tous les jours !!!

À bientôt et bonne lecture.

Christophe Cornillon 

Laisser un commentaire

l'antre d'obéron |
lecriture |
Mon passe-temps ... la poésie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Livres de Loïc !
| UN PEU DE POESIE
| Franck Bellucci